Histoire de nos centrales

Quand nous avons signé notre première convention de toiture, il s’est posé tout naturellement  la question de savoir comment nous allions en assurer la construction et par qui.

Après de nombreuses discussions au sein du conseil de gestion, nous avons pris, forts de l’expérience de certains de nos actionnaires en matière de photovoltaïque, d’acheter nous même les panneaux photovoltaïques et les onduleurs auprès de grossistes et de procéder à un appel à la concurrence auprès d’artisans QualiPV pour l’installation des centrales.

Sur 6 dossiers envoyés à une centaine de km autour d’Oléron…nous n’avons reçu qu’une seule réponse. Cela n’a pas été en soi une surprise mais la société qui a répondu était connue très favorablement des membres du conseil et partageait les mêmes valeurs écologiques que nous.

Il s’agit de Solaire 17 basé à Surgères : https://solaire17.fr/

La préparation du chantier est longue, étude de faisabilité en termes de DP (demande préalable) auprès des services de l’urbanisme quand la construction est déjà existante, modélisation de l’installation qui permettra d’aider au dépôt du permis de construire, demande de raccordement Edf, bataille incessante avec l’administration ….. Heureusement que nous sommes à la retraite et que notre temps et nos énergies ne comptent pas.

Cette modélisation de l’installation (logiciel informatique) a pour but de déterminer, en fonction du plan de toiture et de son exposition, la puissance de l’installation, le nombre de panneaux, la pose en mode portrait ou paysage. Depuis un an les dimensions varient beaucoup car les cellules croissent en puissance et donc en taille et nous passons de petits panneaux de 1650 x 990 à des panneaux allant jusqu’à 2350 x 1050 .remettant constamment, en fonction des approvisionnements, les calepinages des toitures. C’est un exercice compliqué et chronophage mais qui nous permet de suivre l’évolution du  marché au plus près afin de ne pas se faire surprendre.

Il faut dans le meilleur des cas entre 6 et 9 mois entre le dépôt d’un permis de construire et la pose du premier panneau et il peut se passer beaucoup de choses pendant ce temps comme l’apparition d’une pandémie qui a chahuté la situation et les prix.

Enfin, deux membres du conseil, nous on développé sous Excel un formidable outil de gestion et d’aide à la  prise de décision qui nous permet de calculer la rentabilité et les risques de chaque projet

Samuel Massé à Saint Pierre d'Oléron
 

Plan du toit2.jpg
Plan du toit1.jpg
Calepinage-Sunpower-415.jpg

Le nouveau PLU demande aux constructeurs de nouveaux bâtiments en zone artisanale de couvrir tout ou partie de leur toiture par des panneaux photovoltaïques. C’est tout naturellement que la CDC les adresse à OSS17 pour ces installations dont le coût n’a pas été intégré au budget de construction initial. C’est ainsi que nous avons signé notre 4ème mise à disposition d’une toiture de hangar pour y installer nos panneaux photovoltaïques.

Plusieurs problèmes se sont révélés au fur et à mesure de la concrétisation du projet.

D’abord, le permis de construire ne comportait pas de plan coté : certains membres du conseil de gestion sont donc allés prendre toutes les mesures nécessaires à la préparation du projet : nombre de panneaux, orientation de ces panneaux, système de fixation et points d’ancrage des panneaux.

Comme à chaque fois, Bertrand, notre « homme ressource », a ensuite travaillé à chercher les meilleures solutions pour tous ces points et a commandé 55 panneaux qui utilisaient au mieux toute la surface de toiture disponible, en lien avec l’installateur, Solaire 17.

L’onduleur doit être posé à l’intérieur du hangar mais il est trop lourd pour être fixé sur les tôles du bâtiment. Nous avons donc fait appel à Benjamin Casimir, ferronnier de l’île, pour réaliser en 2 jours un cadre métallique suffisant pour supporter les 60kg de cet onduleur. Merci à lui pour sa réactivité.

De nouvelles surprises sont apparues au moment de la pose des panneaux : les cotes que nous avions prises n’avaient pas tenu compte de la gouttière existante et il manquait 5 cm pour installer les 5 lignes de panneaux prévues.

Par ailleurs, le bâtiment a été construit sans angle droit ce qui a obligé à décaler les lignes de panneaux après le début de leur fixation quand ce point a été découvert … Et une tempête était annoncée ! C’est avec l’aide 3 membres du conseil de gestion que 44 panneaux ont été montés sur le toit (à plus de 6m de haut !) le plus rapidement possible pour les mettre en sécurité. Entre pluie et grand vent le chantier est alors arrêté. Les panneaux restants seront momentanément stockés chez un membre de notre conseil de gestion.

Un chantier participatif avait été proposé aux membres de OSS17 qui voulaient s’impliquer et réduire les coûts de l’installation ; quelques personnes n’ont pas pu participer pour des raisons de santé mais les participants ne se sont pas bousculés … les rares présents (5 sur 2 jours) ont fait leur maximum : aide à la logistique, tirage des câbles, découpes des rails, préparation d’une petite tranchée de raccordement au compteur et ciment pour la refermer, prise de vues.

Quelques semaines après, Solaire 17 est revenu effectuer les raccordements électriques et poser un coffret de sécurité en plus de l’onduleur, ce dernier étant trop haut pour un arrêt rapide de l’installation en cas de besoin.

À ce jour, nous attendons le passage de l’APAVE qui doit valider l’installation avant le passage du Consuel.