Histoire de nos centrales

Quand nous avons signé notre première convention de toiture, il s’est posé tout naturellement  la question de savoir comment nous allions en assurer la construction et par qui.

Après de nombreuses discussions au sein du conseil de gestion, nous avons pris, forts de l’expérience de certains de nos actionnaires en matière de photovoltaïque, d’acheter nous même les panneaux photovoltaïques et les onduleurs auprès de grossistes et de procéder à un appel à la concurrence auprès d’artisans QualiPV pour l’installation des centrales.

Sur 6 dossiers envoyés à une centaine de km autour d’Oléron…nous n’avons reçu qu’une seule réponse. Cela n’a pas été en soi une surprise mais la société qui a répondu était connue très favorablement des membres du conseil et partageait les mêmes valeurs écologiques que nous.

Il s’agit de Solaire 17 basé à Surgères : https://solaire17.fr/

La préparation du chantier est longue, étude de faisabilité en termes de DP (demande préalable) auprès des services de l’urbanisme quand la construction est déjà existante, modélisation de l’installation qui permettra d’aider au dépôt du permis de construire, demande de raccordement Edf, bataille incessante avec l’administration ….. Heureusement que nous sommes à la retraite et que notre temps et nos énergies ne comptent pas.

Cette modélisation de l’installation (logiciel informatique) a pour but de déterminer, en fonction du plan de toiture et de son exposition, la puissance de l’installation, le nombre de panneaux, la pose en mode portrait ou paysage. Depuis un an les dimensions varient beaucoup car les cellules croissent en puissance et donc en taille et nous passons de petits panneaux de 1650 x 990 à des panneaux allant jusqu’à 2350 x 1050 .remettant constamment, en fonction des approvisionnements, les calepinages des toitures. C’est un exercice compliqué et chronophage mais qui nous permet de suivre l’évolution du  marché au plus près afin de ne pas se faire surprendre.

Il faut dans le meilleur des cas entre 6 et 9 mois entre le dépôt d’un permis de construire et la pose du premier panneau et il peut se passer beaucoup de choses pendant ce temps comme l’apparition d’une pandémie qui a chahuté la situation et les prix.

Enfin, deux membres du conseil, nous on développé sous Excel un formidable outil de gestion et d’aide à la  prise de décision qui nous permet de calculer la rentabilité et les risques de chaque projet

Ecole de Dolus

_edited_edited.jpg

La convention de notre deuxième installation avait été signée le 11 décembre 2019 avec la commune de Dolus d’Oléron qui mettait à notre disposition la toiture de l’école.

Devant les interrogations suscitées par l’âge et donc l’état de la toiture, nous avons décidé de faire appel à un bureau d’études.

Le rapport a été sans équivoque, impossible de réaliser ce projet de 22 kWc vu l’état de certaines parties de la toiture. Nous pourrions seulement, sur la partie centrale, envisager un 9 kWc à condition de réaliser une intégration au bâti c’est-à-dire enlever les tuiles (45 kg au M²) et de les remplacer par les panneaux photovoltaïques avec un système d’étanchéité  approuvé.

La mise en œuvre d’une telle installation est plus compliquée.

  • Trouver l’artisan avec ce savoir-faire et avec l’assurance décennale dès l’instant où l’on touche à la structure du toit

  • Trouver le bon système d’étanchéité du toit

  • Choisir les panneaux compatibles avec le système d’étanchéité

  • Procéder au calepinage, c’est-à-dire au bon positionnement des panneaux sur le toit

  • Compter sur quelques volontaires d'OSS17 afin de participer au déluilage du toit qui ne sera pas facturé par l'installateur

Autre problème évoqué plus haut, nous nous sommes heurtés à une partie du conseil municipal et certains parents qui ne souhaitaient pas que les câbles de courant DC (courant continu) passent au travers du toit pour des questions de pollution aux ondes électromagnétiques.

Ainsi nous avons dû recourir à la pose de micro-onduleurs rattachés sous les panneaux photovoltaïques  et dont les câbles n’entreraient pas dans le bâtiment.

Cette installation a été dotée d’une passerelle de communication qui nous permet de surveiller en temps réel la production de chaque panneau et d’avoir le rendu journalier,mensuel et annuel .Nous avons comme projet d’afficher cet écran dans l’école à des fins pédagogiques.

L’installation, d’une puissance de 8,9 kWc, a été finalisée en fin d’année, l’électricité produite étant injectée dans le réseau depuis le 10 décembre 2021. C'est la société Mayard.elec17 à Royan qui a réalisé cette installation. https://mayard-photovoltaique.fr/

Partie Easy-Roof.jpeg